Interview du « doc »: Semelle or not Semelle?

Podologie : la semelle orthopédique en 6 questions

On a plusieurs sons de cloche concernant les semelles orthopédiques. Souvent, une blessure nous contraint d’avoir recours à ces orthoses. Entre un copain qui nous affirme que c’est magique et un autre qui dit que cela détruit, qui écouter ? Sébastien Henri, trailer aguerri, accepte de nous livrer les secrets des semelles orthopédiques efficaces.

1/ Sébastien, dans quel cas conseilles-tu vivement le port de semelles ? Uniquement après blessure, en prévention, pour corriger une attitude de course ?

Il ne faut pas prendre le port de semelles orthopédiques à la légère. Il s’agit d’un acte médical, après un bilan podologique précis, le podologue décide de la conception des semelles. Les semelles fabriquées par le podologue sont complètement différentes de celle des magasins de running.

Le port de semelles est conseillé dans deux cas:

– soit préventive: dans ce cas les semelles agiront sur l’équilibre du pied, en prévention d’éventuels troubles statiques du pied. Une sorte d’assurance de la qualité des appuis.

– soit curative: pour traiter différents types de pathologies: tendinite, syndrome de l’essuie glace, périostite, aponévrosite…ainsi que toutes autres douleurs liées aux gestes sportifs.

Le port de semelles est suivi de modifications de la foulée, des appuis et même des sensations de course. Les appuis étant modifiés, c’est toute la posture qui est adaptée voire corrigée.

2/ Quels examens ou tests préalables doit-on passer afin d’obtenir des semelles parfaitement adaptées ?

L’examen podologique doit être complet pour arriver à de bon résultats. Plusieurs phases sont nécessaires:

* Examen statique de la posture, avec mesure précise de la position du dos, du bassin et des appuis.

* Analyse dynamique de la foulée avec caméra qui permet un ralenti haute-définition. Détection des pronations et supinations.

* Analyse des chaussures de sport. Usure, type de chaussure et utilisation.

* Prise d’empreinte pour réaliser une empreinte thermoformée parfaitement adaptée aux pieds.

Les podologues spécialisés dans le sport sont équipés d’un plateau technique pour réaliser le diagnostic et la conception d’une paire de semelles de qualité.

3/ Quelles doivent-être les qualités d’une bonne semelle, selon toi ?

Une semelle orthopédique doit dans un premier temps être adaptée à la pratique sportive.

Toutes les données de conception sont synthétisées après l’examen podologique.

Elle doit être réalisée en matériau adapté et résistant à la pratique sportive. Les matériaux doivent être légers et capables d’apporter un plus dans la dynamique du pied.

4/ En quoi le port de semelles peut-il vraiment améliorer la pratique sportive ?

Lorsque l’orthèse est bien adaptée et réalisée, le sportif est gagnant dans plusieurs domaine.

Le coté préventif de l’orthèse est important pour péréniser une saison. Un autre coté positif est certainement la possibilité d’améliorer ses performances. En effet avec des appuis de qualité, le sportif peut améliorer sa dynamique ou son geste sportif. La dynamique sportive est vraiment positive lorsque les appuis se rapprochent de l’équilibre “presque parfait”.

Avec un travail très précis il est possible de stimuler les capteurs plantaires. Le travail de proprioception des appuis passe tout d’abord par stimulation du pied. Les semelles proprioceptives sont une aide pour développer des appuis équilibrés. De ce fait le passage au minimalisme est envisageable, mais toujours avec progressivité.

5/ Quelle est la durée de vie d’une paire de semelles pour qu’elle garde une pleine efficacité? Est-il possible de modifier les semelles, de faire des ajustements en fonction de nouveaux problèmes ?

La durée de vie d’une bonne semelle est d’environ 4000 km pour un poids moyen. ( moins de 75 kg)

Il faut environ trois paires de chaussures pour user complètement les semelles.

Les modifications sont presque inévitables et doivent être adaptatives aux modifications des appuis.

Lors d’une saison, la semelle peut s’adapter aux blessures. Des adaptations sont possible pour faire travailler les appuis. La progression de la tenue du pied et la tonicité des appuis sont analysées par le podologue. Les ajustements sont progressifs et sont adaptés à la qualité du pied.

6/ La pratique du trail vous aide-t-elle dans votre réflexion en tant que podologue ?

En plus de la pratique de la course, un point important est le contact avec les coureurs, lors des entrainements club et lors des compétitions. La proximité des coureurs est primordiale pour pouvoir échanger, apprendre et conseiller. Le ressenti de la difficulté de l’effort et de douleur est un plus pour la compréhension des motifs de consultations quotidiens. La compréhension du mécanisme de la pathologie sportive passe inévitablement par le ressenti. Je pense que le fait de pratiquer la course pied, tout en essayant de performer, me fait évoluer constamment et améliorer mon approche podologique.

http://www.podologie-henri.com

À propos de Expertrail

Coach Sportif & Ultra-runner

Publié le juin 3, 2012, dans Interview, Le coin du Doc, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :