UTMB gueule de bois.

Voici le  dernier mail de l’organisation de l’UTMB aux participants. Des propos qui nous confortent dans notre idée, qu’on ne peut pas ouvrir une telle épreuve au plus grand nombre. Dans un article précédent, n’en déplaise a certains ,dont l’égo en a pris un coup, je dénoncais le manque de niveau des participants. Mais au dela de la performance et de la sécurité, d’autres problémes bien plus graves se révélent au grand jour avec le manque de sélection des coureurs. Je n’ai pas dans mon entourage de trailer de bon niveau qui ne soit respectueux de la montagne, et des valeurs que véhicule cette discipline.  Maintenant il faut regarder les choses en face, qui a fait venir ces milliers de coureurs non innitiés ? dans quel but ? – naîveté ou cupidité ? on est en droit de se poser la question. Dans tous les cas, une chose est sûre, ce n’est  pas en insultant ces gens que l’on réglera le probléme. Bonne lecture et on en reparle…

Des porcs et des mufles?

ou comment les trailers pourraient tuer le Trail, et l’Ultra-Trail du Mont-Blanc® en particulier.

Vendredi 31 août 2012, 19 h. La flotte de Christophe Colomb part à l’assaut du Mont-Blanc, mais cette année, elle va laisser des souvenirs écœurants sur la place du Triangle de l’amitié.

Vendredi 31 août 2012, 19 h 15. Nous sommes bien obligés de constater que le trailer tel que nous l’avons connu lors de la première édition, en 2003, n’est plus le même. Il s’est multiplié et pas toujours de la plus belle manière. Pour fêter cette 10e édition, l’aire mythique du départ a été transformée en poubelle. Elle est jonchée de sacs poubelles et de vieux journaux dont les coureurs se sont vêtus pour se protéger de la pluie avant le départ (mais à quoi donc servent leurs vestes ???) et de bouteilles en plastiques qui leur ont permis une hydratation optimale jusqu’au top départ et qu’il est si facile de jeter par terre quand elle devient inutile. Nous voilà sur les Champs-Élysées dans les minutes qui suivent le départ du marathon de Paris.
Et malheureusement, ce n’était qu’un début : nous ne comptons plus les témoignages de coureurs scandalisés d’avoir vu autant de tubes de gels et d’emballage qui jonchaient les sentiers. Comme s’il était devenu normal de compter sur les autres pour nettoyer derrière soi ?!
Sans complexes… Dans l’été les témoignages de bénévoles, de randonneurs, de gardiens de refuge, d’habitants du pays du Mont-Blanc, et aussi de coureurs, se sont multipliés. À charge. Les uns complètent les autres, l’accusation se précise, s’amplifie, la honte nous étreint, et la question du sens de cette fête que nous organisons se pose plus que jamais.
Le coureur d’ultra est-il devenu un porc doublé d’un mufle ?
(…)

Ce groupe qui lors d’une reconnaissance nocturne s’arrête sur la terrasse d’un refuge pour rire et plaisanter comme au spectacle s’est-il demandé si quelques pauvres humains souhaitaient dormir au calme ? Et pourquoi pas invectiver ce gardien de refuge qui ne veut pas comprendre que « Il n’y a plus de place » n’est pas une réponse à proposer à un coureur qui arrive à l’improviste. Mais pas d’excuses, bien sur, à cet autre gardien à qui l’on avait réservé une place, mais chez qui on ne s’arrêtera pas car on a pu progresser plus vite que prévu.
Une flamme qui vacille. Le trailer nouvelle génération devient incapable de s’arrêter 30 secondes pour discuter avec un randonneur. Les promeneurs trop lents sont priés sans ambages de se pousser du parcours, pour laisser passer les coureurs racés, les hommes de l’extrême, ces êtres supérieurs qui sacrifient tout pendant des mois pour atteindre leur Graal… d’égoïsme. Ou comment jeter de sublimes valeurs dans la fosse à purin.
La liste est malheureusement beaucoup plus longue que ces quelques exemples édifiants. Les principaux intéressés ne se sentiront sûrement pas concernés. Nous sommes pourtant tous concernés, tous coupables, tous responsables, de permettre l’émergence de tels comportements.
Deux semaines après l’arrivée, nous constatons des faits, rien de plus, et sans chercher à réagir à chaud. Nous constatons avec tristesse, et avec une certaine colère également. Mais nous savons aussi que subsiste parmi nous cette flamme qui nous a réunis. Nous pouvons souffler gaiement les dix bougies, mais celle-là, ne la laissons pas s’éteindre.

À propos de Expertrail

Coach Sportif & Ultra-runner

Publié le septembre 23, 2012, dans Les news, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. J’ai envie de dire que c’est le lot de la course de masse qu’est devenu l’UTMB :-c Si sur des courses de 100 inscrits, il y a 5% de crados et de mufles, ça fait 5 personnes qui se comportent mal. Alors imaginez sur + de 5500 participants sur les 4 courses (chiffres 2010 – http://www.assisesdelalpinisme2011.fr/wp-content/uploads/2011/03/DOC_TRAILS_FINAL.pdf) ça en fait des tubes de gels…. Comme le disait François CAVANNA : « Les cons gagnent toujours. Ils sont trop. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :