Courir à la « régulière »

C’est à l’occasion du trail de Mont Olympe,le dimanche 20 janvier 2013, que l’idée d’écrire cet article m’est venue.

Cette course tombant en fin de préparation hivernale, j’avais réglé mon alarme de fréquence cardiaque  à 150 bpm pour parcourir les 26km pour 1400m+, sans jamais dépasser ma FC max aérobie.

Me voici donc parti au milieu du « peloton » pour profiter du paysage. J’ai tout de suite été surpris de la vitesse à laquelle même le milieu du peloton prend le départ.  Quand nous savons qu’en partant pour 26km de trail nous allons être dans des moyennes entre 7 et 12km/h même pour la gagne! A quoi sert-il de partir à 15km/h!! Attention, je parle pour la plus grande partie du peloton. Il est évident que si vous voulez jouer les premières places sur un 10km et qu’il y a un rétrécissement au bout d’un kilomètre, il va falloir se placer …

Tout cela pour vous faire méditer sur la vitesse optimale que vous devriez adopter dès le départ!

L’équation est simple : aller le plus vite possible, en dépensant le moins d’énergie possible et cela sur un nombre de kilomètres et un dénivelé connus.

Imaginez que vous êtes en voiture et que vous avez la possibilité de voir votre consommation de carburant instantanée. Plus vous allez tirer sur les vitesses et plus vite vous tomberez à sec.

Essayez dès le départ de vous dire : « Je vais courir à cette vitesse jusqu’à l’arrivée ». Il n’est pas juste question de vitesse mais de consommation. Et qui dit consommation, dit fréquence cardiaque. L’idéale serait donc de diminuer votre vitesse dans les montées pour conserver la même FC.  Si votre cardio n’arrête pas de faire le yoyo, vous allez consommer un max!!!

En résumé, votre cardio c’est votre compte tour, si vous fleurtez trop souvent avec la zone rouge, vous allez souvent tomber en rade…

Bon trail

Thomas

Thomas Expertrail.com

Thomas Expertrail.com

À propos de Expertrail

Coach Sportif & Ultra-runner

Publié le février 13, 2013, dans Trucs & Astuces, et tagué , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. J’étais également sur le trail du Mont Olympe et c’est effectivement parti très vite (je me suis par ailleurs blessé quelques kilomètres plus loin…)

    Un coureur au départ d’un trail, c’est comme un taureau qu’on lâche de l’arène : il faut qu’il se défoule, qu’il évacue la tension du départ. En tout cas, c’est comme ça que je l’analyse pour moi. Je me régule ensuite au bout de quelques kilomètres.

    Globalement, je ne gère pas trop en dessous de 30 km et ça me réussi assez bien. Au-delà, je suis beaucoup plus prudent. Du coup je finis plutôt bien mes courses mais toujours avec le sentiment que j’aurai pu améliorer mes chronos.

    Bravo pour ton article. Cette recommandation est très importante et il est bon de la rappeler pour toujours l’avoir à l’esprit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :