Retour aux origines

L’équipe d’Expertrail a participé cette année aux journées de reconnaissance et ensuite à l’ultra trail d’une des plus belles courses, à notre goût, en France. Nous avons rencontré une équipe exceptionnelle. A la tête de celle-ci, un homme remarquable et intarissable d’histoires concernant le trail running. En voilà une qui nous a particulièrement intéressé.

Bonne lecture à tous

L’équipe d’Expertrail.

 Petit clin d’œil et retour en arrière.

« Vingt ans un âge où l’on passe de l’adolescence à la vie d’homme, un moment tant attendu.

Vingt ans de sacrifice, c’est une bonne partie de sa vie. Mais quel sacrifice! Je ne vais pas me lamenter et pleurer sur mon sort. Malgré le temps qui passe, il laisse au fond de vous des stigmates que la vie belle et dure a gravé au fond de votre âme.

Capture d’écran 2013-08-27 à 22.48.29

En fait, tout cela pour reprendre en quelques lignes une histoire que peu d’entre vous ne connaissent pas. Cette histoire est celle de la course nature en France et de quelques grandes épreuves qui ont été les pionnières  dans le monde du « TRAIL ».


Comment allais-je m’y prendre? Drôle de question. Malgré un père qui m’avait inculqué les joies de la découverte de la nature et la randonnée de montagne, je ne savais pas lire une carte et je savais encore moins trouver les sentiers. 
En 1992 lorsque j’eu l’idée de me lancer dans la création d’un concept qui liait le sport à la nature, jamais je n’aurai cru qu’un jour cela prenne autant d’ampleur. Pas facile de se lancer sur des pistes que l’on ne connaît pas. L’idée était là, je ne savais pas à quoi cela allait aboutir et pourtant il fallait bien que j’occupe mon temps, ce temps de fonctionnaire que je trouvais très long et qui me faisait vivre des journées inexorables. Un soir alors que je lisais un livre sur les l’histoire des Templiers dans le Verdon, je trouvais le site dans lequel j’allais quelque temps après évoluer et tomber fou amoureux, ainsi que le nom de l’association qui allait me permettre de monter ce projet et m’ouvrir soit disant les portes des institutions pour financer ce rêve.Capture d’écran 2013-08-27 à 23.00.24

C’est en parcourant la bible à l’époque de la course à pied (Jogging International) que je découvris une agence basée en Suisse, plus exactement à Genève, qui s’appelait « Toutrekking ». Un nom très évocateur. Je me rapprochais de son responsable avec qui le courant passa immédiatement. Ce personnage s’appelait Gilbert HIRSCHY. Un homme d’une grande renommée, car à l’époque il avait à son actif un peu plus de trois ou quatre événements, tous basés sur la course en milieu naturel. Il appelait ça les Supermarathons.

En fait Gilbert a été immédiatement séduit par mon projet, car le Verdon était avant tout un torrent où l’on pouvait y pêcher des truites. Mais à l’idée d’y développer une course nature cela relevait d’un grand défi. Nous voilà parti tous les deux à l’assaut de ce paysage beau et hostile. La première édition eu lieu le 1er juillet 1993, cette grande première pour moi restera la plus belle et la plus émouvante, j’avais réalisé mon rêve, être à l’initiative et réaliser mon projet. J’avais un professeur hors du commun, un grand monsieur, un baroudeur, un gars à qui on ne raconte pas des balivernes. J’appris très vite d’ailleurs, je pense que la plus riche et la plus fructueuse des écoles est celle où le professeur est un initié. D’élève je passa à maître. Un bien grand mot car dans la vie on reste toujours un apprenti, pour la simple et bonne raison que nous avons toujours à apprendre.

Capture d’écran 2013-08-27 à 23.00.56

Un jour ce professeur, me dis qu’il aura besoin de moi sur une de ses organisations, et pas  n’importe laquelle, en fait vous la connaissez tous ou plus tôt vous pensez qu’elle est née il y a un peu plus de dix ans. Cette organisation n’était autre que le supermarathon du Mt Blanc, aujourd’hui rebaptisé UTMB.


Me voilà parti comme bénévole sur l’organisation de Monsieur HIRSCHY. Ma première réaction fut de dire à Gilbert qu’il avait entre les mains un grand événement, celui-ci d’une grande humilité me répondit « oui tu as raison, mais tu sais, organiser une course en montagne n’est jamais très simple, car cette grande dame, fait comme elle veut et nous ne la maîtrisons pas ». Il avait raison le boss, car cette année là, impossible de franchir de col du Bonhomme, il y avait plus de cinquante centimètres de neige fraîche qui était tombée dans la nuit. Donc pas question de lancer les deux cent participants affronter des conditions climatiques extrêmes. Le lendemain, obligé de faire venir une quantité irréelle d’autocars, pour nous rendre à Courmayeur, staff et participants réunis. La suite de la course se passa très bien et avant de quitter ce personnage, il me dit « tu vois je pense que cela sera ma dernière année, je vais arrêter le Mt Blanc, afin de plus m’investir dans le supermarathon du Colorado, et celui du Népal et puis maintenant tu as le Verdon, je viendrai te donner un coup de main ». 
A l’époque, cette course se pratiquait par étapes. Le départ se faisait de Chamonix  pour une arrivée à Chamonix.

Capture d’écran 2013-08-27 à 22.51.57Avec Gilbert  nous nous sommes fréquentés encore deux ans. A mes côtés il est resté un de ses plus fidèles compagnons : Monsieur Jacques KUNZI. A lui seul Jacques, pouvait baliser plus de quarante kilomètres de sentiers. Et je peux vous dire que le balisage était quasiment parfait. Aujourd’hui Jacques vit toujours en Suisse, un amoureux des chevaux et de la montagne, lui aussi un baroudeur, un homme qui a toujours une solution de dernière minute pour vous sortir de n’importe quel pétrin. Je ne sais pas si Gilbert a eu raison ou tord de laisser tomber cette épreuve, c’était son idée, c’était son épreuve lui seul pouvait prendre cette décision.

Ces deux personnages ont marqué de leurs empruntes les sentiers sur lesquels aujourd’hui vous pouvez pratiquer votre sport de prédilection.

Sans Gilbert et sans Jacques je n’aurai pas pu créer cette grande épreuve qu’est le Verdon. Nous  avons traversé pas mal de tempêtes, essuyé  des critiques, mais au bout de vingt ans nous sommes toujours là.

Je ne sais de ce que demain sera fait, mais je sais ce que je dois à ces deux personnages, d’abord le respect et un grand merci, d’avoir pu m’aider à réaliser un rêve devenu réalité.

J’ai retenu une citation de Sacha GUITRY qui m’a souvent aidé dans des moments de désarroi :

« Si ceux qui disent du mal de moi savaient ce que je pense d’eux ils en diraient bien d’avantage »  »

 Jean Giacosa

En plus de cet article, voici un lien plutôt sympa pour accéder à la vidéo de la première édition du supermarathon du mont Blanc en 1987 :

http://www.dailymotion.com/video/xlo2uj_super-marathon-mt-blanc-1987_sport 

Bon trail à tous.

Retrouvez le test du Trail du Verdon par EXPERTRAIl ici : TEST

Publié le août 28, 2013, dans Les brèvres, Les news, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :